Comment stimuler l’engagement des employés

Publié par | 2016/10/20 | Outils de recherche d'emploi

20oct
Comment stimuler l’engagement des employés

Dans sa chanson « 100 000 façons de tuer un homme », Félix Leclerc déclare que la manière la plus efficace d’y parvenir, « c’est de le payer à ne rien faire ».

Ce que Leclerc avait compris en écrivant ces lignes, c’est qu’un travail qui nous semble inutile, même s’il est bien rémunéré, nous éteint.

Et c’est un grand problème pour les entreprises. Selon un sondage de Gallup mené aux États-Unis, seulement le tiers des employés seraient engagés dans leur travail. Or, l’université de Warwick a démontré que l’enthousiasme envers son emploi augmente la productivité d’environ 12 %.

Comment faire pour s’assurer que nos salariés soient au sommet de leurs capacités? La réponse en quelques étapes simples.

Quelle est votre mission?

Votre entreprise a un but, et pas seulement celui de générer des profits. Ce but peut être de faire gagner du temps aux travailleurs pour qu’ils puissent avoir plus de loisirs, de soutenir la croissance de vos clients en les aidant à vendre plus de leurs produits ou encore de mettre des sourires sur les visages du plus d’enfants possible. Chez chaque entrepreneur, il y a une passion qui les a poussés à se lancer en affaires.
Nautilus Plus l’a bien compris. L’entreprise a une mission claire : « Ce qu’on propose, ce n’est pas un abonnement, explique Marie-Josée Després, vice-présidente aux ressources humaines. On offre à notre clientèle de changer son comportement. Autrement dit, on vend de l’effort. »

C’est d’abord cette vocation qui peut motiver vos employés. De nombreuses études montrent que le salaire et les avantages viennent ensuite. Aussi faut-il communiquer cette vocation. Nautilus Plus n’hésite pas à aller à la rencontre des universitaires, leur principale source de nouveaux candidats, pour donner des conférences sur le sujet. Pour leurs salariés, de nombreuses formations liées à cette visée sont offertes. « Ce que les professionnels en retiennent, c’est que l’on valorise ce qu’ils font, explique Marie-Josée Després. Que chez nous, les clients atteignent leurs objectifs et donc qu’eux aussi. »

Vive les petites victoires!

Cette vocation est votre principal outil pour attirer et garder les meilleurs talents qui s’identifient à ce que promeut votre entreprise. Une fois qu’ils sont à bord, vous devez fournir un environnement motivant.

Selon un article du Harvard Business Review, la façon d’y parvenir est d’encourager les « petites victoires ». Les progrès, aussi minces soient-ils, renforcent la perception positive des employés sur leur travail. L’envers de cette médaille est que les ratages et les retards, même mineurs, démoralisent d’autant vos salariés.

Pour maximiser ces petites victoires et réduire l’effet des échecs, les chercheurs proposent aux gestionnaires d’agir de façon à soutenir au mieux le progrès des employés. Ces « catalyseurs » prennent la forme d’objectifs clairs et de ressources adéquates pour rendre ces buts atteignables dans un délai raisonnable.

« Nous avons mis en place beaucoup de paramètres pour mesurer nos résultats au jour le jour, explique Martin Légaré, vice-président exécutif chez Nautilus Plus. On permet aux entraîneurs et aux nutritionnistes de voir si leurs clients approchent de leurs buts, à quelle fréquence ils reviennent s’entraîner, s’ils sont capables de les fidéliser, etc. C’est un élément de rétention majeure pour nos employés parce que l’entreprise montre qu’elle prend les moyens pour faire ce qu’elle dit. »

Dans un marché compétitif, ces coûts pourraient sembler superflus. « Dans notre domaine, nous vivons une guerre de prix depuis deux ans, explique Marie-Josée Després. Cela nous a forcés à nous remettre en question et, vraiment, on ne voit pas comment on pourrait faire autrement. Nos employés sont notre matière première : c’est naturel d’investir en eux. Ce sont nos ambassadeurs. »

Source Salvatore Ciolfi
Workopolis